• Prier Jésus

    Prier Jésus

    "Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra."

  • Prier Marie

    Prier Marie

    "Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher ."

  • Prier Dieu le Père

    Prier Dieu le Père

    Pater noster, qui es in caelis sanctificetur nomen tuum adveniat regnum tuum fiat voluntas tua sicut in caelo et in terra.

  • Prier l'Esprit Saint

    Prier l'Esprit Saint

    "Qui es-tu, douce lumière, qui me remplis et illumines la ténèbre de mon cœur ?" Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix

  • Prier avec l'Eglise

    Prier avec l'Eglise

    "Prier, c'est frapper par le désir à la porte de Celui que nous prions."

  • Comment Prier?

    Comment Prier?

    "Que notre prière soit entendue dépend, non de la quantité des paroles, mais de la ferveur de nos âmes " Saint Jean Chrysostome

"Seigneur tu m’as appelé" de saint Augustin

Louange au Seigneur - appel et vocation - prières catholiques
Bien tard, je t'ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard, je t'ai aimée !

Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors,
et c'est là que je te cherchais, et sur la grâce de ces choses que tu as faites, pauvre disgracié, je me ruais !
Tu étais avec moi et je n'étais pas avec toi ;
elles me retenaient loin de toi, ces choses qui pourtant,
si elles n'existaient pas en toi, n'existeraient pas !

Tu as appelé, tu as crié et tu as brisé ma surdité ;
tu as brillé, tu as resplendi et tu as dissipé ma cécité ;
tu as embaumé, j'ai respiré et haletant j'aspire à toi ;
j'ai goûté, et j'ai faim et j'ai soif ;
tu m'as touché et je me suis enflammé pour ta paix.

(Conf. X, xxvii, 38)


Lire

Exultez tous ! de Saint Augustin

les bergers à la crèche, c'est Noël, prières catholiques de Noël
Exultez, les justes,
c'est la naissance du Justificateur.

Exultez, les malades et les infirmes,
c'est la naissance du Sauveur.

Exultez, les captifs,
c'est la naissance du Rédempteur.

Qu'exultent les esclaves :
c'est la naissance du Maître.

Qu'exultent les hommes libres,
c'est la naissance du Libérateur.

Qu'exultent tous les chrétiens :
c'est la naissance de Jésus-Christ.

source


Lire

Hymne de repentance de saint Augustin

Sous tes yeux, ô Seigneur,
Nous portons le fardeau de nos fautes,
Et nous portons en même temps les plaies
Qu'elles nous ont faites.
Si nous pesons le mal que nous avons fait,
Ce que nous souffrons n'est rien et nous méritons bien plus.
Grave est le mal que nous avons commis,
Léger ce que nous avons à souffrir.
Nous éprouvons la peine du péché,
Et cependant, nous ne renonçons pas
A notre obstination dans le péché.
Tes châtiments écrasent notre faiblesse,
Et notre iniquité reste toujours la même.
Notre volonté mauvaise se sent torturée,
Mais nous ne courbons pas la tête.
Notre vie se passe dans les soupirs de la douleur,
Mais elle ne s'amende pas dans ses actions.
Si tu temporises, point de retour de notre part;
Si ton bras vengeur nous frappe, nous nous rebutons.
Dans les châtiments, nous confessons nos fautes,
Mais à peine t'es-tu éloigné, que déjà nos larmes sont oubliées.
Si ton bras s'abaisse, nous promettons tout;
Mais le glaive reste-t-il suspendu,
Nous ne tenons plus aucun compte de nos promesses.
S'il arrive que tu frappes, nos cris de peine s'élèvent vers toi;
A peine as-tu pardonné,
Que déjà nous provoquons de nouveau ta juste vengeance […]
O Père tout-puissant, nous ne méritons rien,
Mais accorde-nous ce que nous demandons,
Toi qui as fait de rien les hommes, pour implorer ton nom!



Lire

Prière à l'Esprit Saint de saint Augustin

Respire en moi, Saint-Esprit,
afin que je pense ce qui est saint.

Agis en moi, Saint-Esprit,
afin que je fasse ce qui est saint.

Attire-moi, Saint-Esprit,
afin que j'aime ce qui est saint.

Affermis-moi, Saint-Esprit,
afin que je garde ce qui est saint.

Garde-moi, Saint-Esprit,
afin que je ne perde jamais ce qui est saint.


Lire

J'ai voulu avoir l'intelligence de ce que je crois de saint Augustin

J'ai voulu avoir l'intelligence
de ce que je crois, Seigneur,
autant que j'ai pu.
Autant que Tu m'en as donné la force,
je T'ai cherché et j'ai voulu
avoir l'intelligence de ce que je crois.
Et j'ai beaucoup discuté,
et j'ai peiné.
Seigneur,mon Dieu,
Mon unique espérance,
exauce-moi.
Ne permets pas que je me lasse de Te chercher,
mais, mets-moi au cœur un désir plus ardent
de Te chercher.
Me voici devant Toi
avec ma force et ma faiblesse.
Soutiens l'une, guéris l'autre.
Devant Toi est ma science et mon ignorance.
Là où Tu m'as fermé, ouvre à celui qui frappe.
Que je me souvienne de Toi.
Que je Te comprenne.
Que je T'aime. 


Lire

Prière au Dieu des vivants de St Augustin

O Dieu
Je n'aime que Toi seul.
Je ne cherche que Toi seul.
Je ne veux servir que Toi seul.
Toi seul dois être mon Maître.

Chasse de moi la vanité,
afin que je puisse Te reconnaître.
Dis-moi où regarder pour Te voir.
J'espère accomplir tout ce que Tu attends.

Fais, ô Père, que je Te cherche,
préserve-moi de l'erreur.
Que dans ma recherche,
rien d'autre que Toi ne se présente à moi.
S'il est vrai que je ne désire rien d'autre que Toi,
Fais, ô Père, que je Te trouve.

Et s'il y avait encore en moi
quelque désir superflu,
veuille m'en dévêtir Toi-même
et rends-moi capable de Te voir.

-Saint Augustin-


Lire

Ne pleure pas si tu m’aimes par saint Augustin

Sacré Coeur de Jésus
Ne pleure pas, si tu m'aimes !
Si tu savais le don de Dieu et ce que c'est que le ciel !
Si tu pouvais d'ici entendre le chant des Bienheureux
et me voir au milieu d'eux !
Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les immenses horizons
et les nouveaux sentiers où je marche !
Si un instant, tu pouvais contempler comme moi la Beauté
devant laquelle toutes les beautés pâlissent !
Quoi ?... tu m'as vu... tu m'as aimé dans le pays des ombres
et tu ne pourrais ni me revoir ni m'aimer dans le pays des immuables réalités ?
Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens
comme elle a brisé ceux qui m'enchaînaient,
et quand, un jour que Dieu seul connaît et qu'il a fixé,
ton âme viendra dans ce ciel où l'a précédé la mienne...
ce jour-là, tu me reverras et tu retrouveras mon affection purifiée.
A Dieu ne plaise qu'entrant dans une vie plus heureuse,
je sois infidèle aux souvenirs et aux vraies joies de mon autre vie
et sois devenu moins aimant !
Tu me reverras donc, transfiguré dans l'extase et le bonheur,
non plus attendant la mort, mais avançant, d'instant en instant,
avec toi, dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie !
Alors... essuie tes larmes, et ne pleure plus... si tu m'aimes !...

Saint Augustin


Lire

Priére à tous les saints de Saint Augustin


Reine de tous les saints, glorieux Apôtres et Évangélistes, Martyrs invincibles, généreux Confesseurs, savants Docteurs, illustres Anachorètes, dévoués Moines et Prêtres, Vierges pures et pieuses femmes, je me réjouis de la gloire ineffable à laquelle vous êtes élevés dans le Royaume de Jésus-Christ, notre divin Maître. 


Je bénis le Très-Haut des dons et des faveurs extraordinaires dont il vous a comblés et du rang sublime où il vous élève. O amis de Dieu ! 

O vous qui buvez à longs traits au torrent des délices éternelles, et qui habitez cette patrie immortelle, cette heureuse cité, où abondent les solides richesses ! Puissants Protecteurs, abaissez vos regards sur nous qui combattons, qui gémissons encore dans l'exil, et obtenez-nous la force et les secours que sollicite notre faiblesse pour atteindre vos vertus, perpétuer vos triomphes et partager vos couronnes. 

O Vous tous, bienheureux habitants du ciel, saints amis de Dieu qui avez traversé la mer orageuse de cette vie périssable, et qui avez mérité d'entrer dans le port tranquille de la paix souveraine et de l'éternel repos ! 

O saintes âmes du paradis, vous qui, maintenant à l'abri des écueils et des tempêtes, jouissez d'un bonheur qui ne doit pas finir, je vous en conjure, au nom de la charité qui remplit votre coeur, au nom de Celui qui vous a choisis et qui vous a faits tels que vous êtes, écoutez ma prière. 

Prenez part à nos travaux et à nos combats, vous qui portez sur vos vos fronts vainqueurs une couronne incorruptible de gloire ; ayez pitié de nos innombrables misères, vous qui êtes à jamais délivrés de ce triste exil ; souvenez-vous de nos tentations, vous qui êtes affermis dans la justice ; intéressez-vous à notre salut, vous qui n'avez plus rien à redouter pour le vôtre ; tranquillement assis sur la montagne de Sion, n'oubliez pas ceux qui gisent encore couchés dans la vallée des larmes. 

Puissante armée des saints, troupe bienheureuse des apôtres et évangélistes, des martyrs, des confesseurs, des docteurs, des anachorètes et des moines, des prêtres, des saintes femmes et des vierges pures, priez sans cesse pour nous misérables pécheurs. Tendez-nous une main secourable, détournez de nos têtes coupables la justice irritée de Dieu ; faites entrer par vos prières notre frêle navire dans le port de la bienheureuse éternité.

Saint Augustin




Lire

Aime-moi comme tu es.

Je connais ta misère, les combats et les tribulations de ton âme, la faiblesse et les infirmités de ton corps ; je sais ta lâcheté, tes péchés, tes défaillances. Je te dis quand même : donne-moi ton cœur, aime-moi comme tu es.


Si tu attends d’être un ange pour te livrer à l’amour, tu n’aimeras jamais. Même si tu retombes souvent dans ces fautes que tu voudrais ne jamais connaître, même si tu es lâche dans la pratique de la vertu, je ne te permets pas de ne pas m’aimer.

Aime-moi tel que tu es. Je veux l’amour de ton cœur indigent ; si, pour m’aimer, tu attends d’être parfait, tu ne m’aimeras jamais. Ne pourrais-je pas faire de chaque grain de sable un séraphin radieux de pureté, de noblesse et d’amour ? Ne pourrais-je pas d’un seul signe de ma volonté, faire surgir du néant des millions de saints, mille fois plus parfaits et plus aimants que ceux que j’ai créés ? Ne suis-je pas le Tout-Puissant ? Et s’il me plaît de laisser pour jamais dans le néant ces êtres merveilleux et de leur préférer ton pauvre amour ?

Mon enfant, laisse-moi t’aimer, je veux ton cœur. Je compte te former, mais en attendant, je t’aime comme tu es. Et je souhaite que tu fasses de même. Je désire voir du fond de ta misère monter l’amour.

J’aime en toi jusqu’à ta faiblesse. J’aime l’amour des pauvres. Je veux que de l’indigence s’élève continuellement ce cri : « Seigneur, je vous aime ». C’est le chant de ton cœur qui m’importe. Qu’ai-je besoin de ta science et de tes talents ? Ce ne sont pas des vertus que je te demande ; et si je t’en donnais, tu es si faible, que bientôt l’amour propre s’y mêlerait : ne t’inquiète pas de cela.

J’aurais pu te destiner à de grandes choses : non, tu seras le serviteur inutile, je te prendrai même le peu que tu as, car je t’ai créé pour l’amour. Aime ! L’amour te fera faire tout le reste sans que tu y penses ; ne cherche qu’à remplir le moment présent de ton amour.

Aujourd’hui, je me tiens à la porte de ton cœur comme un mendiant, moi, le Seigneur des Seigneurs. Je frappe et j’attends, hâte-toi de m’ouvrir, n’allègue pas ta misère. Cela seul qui pourrait me blesser le cœur, ce serait de te voir douter et manquer de confiance.

Je veux que tu penses à moi à chaque heure du jour et de la nuit, je ne veux pas que tu poses l’action la plus insignifiante pour un motif autre que l’amour. Quand il te faudra souffrir, je te donnerai la force ; tu m’as donné l’amour. Je te donnerai d’aimer au-delà de ce que tu as pu rêver. Mais souviens-toi : aime-moi tel que tu es. n’attends pas d’être un saint pour te livrer à l’amour, sinon tu n’aimeras jamais.

Ce texte, paru dans un bulletin monastique (1940), est d'auteur inconnu. Pour certain ce texte est de Saint Augustin.


Lire

Prière à l'Esprit Saint de St Augustin


Respire en moi, Saint-Esprit,
afin que je pense ce qui est saint.

Agis en moi, Saint-Esprit,
afin que je fasse ce qui est saint.

Attire-moi, Saint-Esprit,
afin que j'aime ce qui est saint.

Affermis-moi, Saint-Esprit,
afin que je garde ce qui est saint.

Garde-moi, Saint-Esprit,
afin que je ne perde jamais ce qui est saint.

Saint Augustin



Lire

Accorde-moi de t'aimer de Saint Augustin

De toutes mes forces,
Celles que tu m’as données, je t’ai cherché
Désirant voir ce que j’ai cru.
Et j’ai lutté, et j’ai souffert.


Mon Dieu, mon Seigneur, mon espoir unique,
Accorde-moi de n’être jamais las de te chercher ;
Qu’avec passion, sans cesse,
Je cherche ton Visage.

Toi qui m’as donné de te trouver,
Donne-moi le courage de te chercher encore,
Et d’espérer te trouver toujours davantage.

Devant toi ma solidité : garde-la.
Devant toi, ma fragilité : guéris-la.
Devant toi, tout ce que je peux,
Tout ce que j’ignore.

Par là où tu m’as ouvert,
J’entre : accueille-moi.
Par là où tu m’as fermé,
J’appelle : ouvre-moi.

Accorde-moi
De ne pas t’oublier.
Accorde-moi
De te comprendre.
Mon Dieu,
Mon Seigneur,
Accorde-moi de t’aimer.

Saint Augustin 

De Trinitate XV, 28, 51 - PL 62, 1098 - Trad P-M. Hoog


Lire